Peu de sources statistiques permettent de comparer le degré de mobilisation des francophones et des néerlandophones en matière de générosité publique: dons, legs ou participation à des événements de collecte.

Quelques tendances significatives peuvent toutefois être dégagées au départ de données financières émanant des autorités régionales ainsi que du SPF Finances.

Ainsi diverses statistiques émanant de sources publiques, présentées par Erik Todts (vice-Président AERF) dans le cadre du workshop du 24/04/2019 de la Fundraisers Alliance Belgium, permettent-elles de dégager quelques tendances significatives, notamment au plan de la répartition régionale de la générosité des Belges.

 

Répartition géographique des organisations agréées pour délivrer des attestations fiscales
La Belgique comptait début 2019 2.084 associations agréées pour délivrer des attestations fiscales.
Comparant pour chaque province le nombre d’associations par mille habitants, on constate une très forte densité d’associations en région bruxelloise (une association pour 1.994 habitants) et une densité plus élevée dans les provinces francophones (une association pour 5.315 habitants).
La forte densité des structures qui ont leur siège en région bruxelloise s'explique par la présence de nombreuses organisations actives au plan national.
Pour le reste seul un examen plus approfondi de ces données, portant par exemple sur le domaine d'intervention et l'année de création de ces associations, permettrait d'expliquer les différences significatives observées entre le Nord et le Sud du pays.

 

Statistiques régionales produites par les autorités publiques

Diverses statistiques émanant de sources publiques, présentées par Erik Todts (vice-Président AERF) dans le cadre du workshop du 24/04/2019 de la Fundraisers Alliance Belgium, permettent d'identifier les contributions des donateurs selon leur région.

La Flandre et la Wallonie se caractérisent par une différence significative dans le pourcentage de déclarations de revenus qui font état de dons (figure ci-contre). Ce différentiel s'explique très probablement pour partie du fait du revenu moyen des habitants, dont on sait qu'il est nettement plus élevé dans le Nord du pays.

Les statistiques du SPF Finances faisaient par ailleurs état, concernant l'année 2012, d'un montant moyen des dons déclarés nettement plus élevé à Bruxelles (370 €) qu'en Flandre (260 €) et en Wallonie (240 €).

 


 

Générosité publique: comment expliquer les différences régionales ?

Les statistiques officielles livrent des données ventilées sur base des trois régions, ce qui complique les tentatives d'analyse de la générosité des Belges selon leur rôle linguistique. 
Rappelons que la Flandre, la Wallonie et Bruxelles comptent respectivement 58%, 32% et 10% de la population du pays.

 

Sources

 

Fundraising: autres articles / andere artikels

>> ACTU Belgique/België

>> ACTU Internationale / Internationaal

 

Prochainesformations2
Auditexpress2
Newsletter2