Baromètre 2016-2017: résultats provisoires limités aux grands acteurs de la collecte

L'article ci-dessous fait référence au Baromètre 2016-2017, dont les données relatives à l'année 2017 ont été complétées dans l'édition suivante: 'Baromètre de la Générosité publique (2018)'

21/12/2018 - Le Baromètre de la Générosité publique est édité annuellement depuis 2013 à l'initiative du Fundraisers Forum.
Contrairement aux années précédentes, les résultats financiers 2017 de nombreuses petites et moyennes associations ne sont pas encore disponibles fin décembre 2018. C'est pourquoi l'évolution de la générosité publique en faveur de ces associations de taille modeste ou intermédiaire n'a pas fait l'objet d'une analyse détaillée dans cet article.
On constate néanmoins dès à présent, au départ d'un échantillon de 85 associations qui ont collecté moins d'un million d'euros (dons et legs) en 2017, que les organisations de ce segment 'small & medium' ont subi une diminution significative tant des dons que des legs par rapport à l'année 2016.

Top 30 des acteurs de la collecte

Le 'Top 30' des acteurs de la collecte comprend des organisations qui ont toutes collecté minimum 3,5 millions d'euros (dons et legs) en 2017. Certaines, tel Kom op tegen Kanker, ont bénéficié en outre de recettes importantes issues d'événements caritatifs.
Nous publions au départ du lien suivant la liste réactualisée des plus grandes organisations actives en levée de fonds.
-> Lire 'Top 30 des acteurs de la collecte 2017'

Soixante deux organisations ont collecté 406 millions d'euros en 2017

Le Baromètre de la Générosité permet en outre d'évaluer la progression de la générosité publique en faveur d'un échantillon de 62 organisations dont les recettes issues des dons et legs s'élevaient à plus d'un million d'euros par organisation, soit un montant global de 406 millions d'euros.
Précisons que cet échantillon n'est guère représentatif concernant certains secteurs, telle la protection animale, qui publient rarement des résultats financiers détaillés.

Année 2017: croissance globale de +8%, grâce aux dons (+9%) et aux legs (+6%)

Les 62 organisations de l'échantillon sus-mentionné ont collecté des dons à hauteur de 271 m €, en hausse de 9%, tandis que les legs (155 m €) sont en croissance de 6%.
Précisons que la consolidation des legs se rapporte à l'année 2016 qui avait elle-même enregistré un bon spectaculaire par rapport aux années 2014 et 2015.

Grands acteurs de la collecte (minimum 1 millions d'euros issus de dons & legs)
Répartition des dons et legs par domaines d'intervention (Belgique)

 

Rappelons que ces estimations concernant la croissance de la générosité publique ainsi que la répartition des dons et legs par secteur d'activité ont été établies au départ d'un échantillon de grands acteurs de la collecte.

Soutien prioritaire aux causes nationales et locales, ainsi qu'à la thématique 'santé'
La répartion des dons et legs par domaine d'intervention indique que 59% des recettes soutiennent des organisations dont les activités opérationnelles se déroulent pour l'essentiel en Belgique: santé, handicap, précarité, etc. On y a certes inclus des intervenants dans le domaine de l'environnement ou de la transition écologique (WWF, Greenpeace) dont l'horizon d'intervention est tant national qu'international.
Le pourcentage des contributions en faveur des différentes causes de proximité est certainement sous-évalué, du fait de secteurs - protection animale, culture et patrimoine -  sous-représentés dans notre échantillon.
On notera qu'environ 56% des legs sont affectés à la thématique 'santé', que ce soit dans le cadre d'ONG de développement et d'urgence (12%), de soutien à la recherche médicale (33%) ou de diverses causes dans le domaine du handicap (11%).

Différences régionales
La plupart des grandes organisations caritatives collectent à la fois au Nord et au Sud du pays. Elles publient leurs résultats au niveau national, ce qui ne permet pas d'identifier directement des différences régionales dans le degré de générosité des Belges.
Une comparaison Nord-Sud laisserait probablement apparaître une plus forte générosité des donateurs en Flandre, liée à une conjonction de facteurs:
- mobilisation plus intense, dans le Nord du pays, de réseaux proches de structures et communautés chrétiennes particulièrement solidaires
- différences régionales en termes de pouvoir d'achat,
- professionalisation accrue de plusieurs grandes associations néerlandophones, soutenues par des agences de fundraising en provenance des Pays-Bas
- développement de campagnes particulièrement performantes, tel Kom op tegen Kanker (20,7 millions d'euros) ou Music for Life (10,8 millions d'euros).

Belgique, France: résultats contrastés en 2018
La plupart des associations françaises ont enregistré une baisse significative des dons dès le premier semestre 2018, suite à la suppression partielle de l’ISF ainsi que diverses autres mesures fiscales. Ce recul s'est aggravé au cours des derniers mois de l'année.

   -> Lire 'France: diminution inquiétante des dons'

La générosité des belges semble encouragée par un climat économique plus apaisé qu’Outre-Quiévrain. 
Rien n'indique que les dons aient connu une progression ou une régression spectaculaire. 
D'autant que les principales campagnes nationales - Kom op tegen Kanker, Télévie, Music for Life, Cap 48 et Viva for Life - ont battu de nouveaux records.

L'actualité belge fut presque exempte de controverses susceptibles de miner la confiance des donateurs. Les polémiques suscitées par la dénonciation des pratiques répréhensibles d'Oxfam UK ont brièvement pénalisé le réseau des associations Oxfam sans susciter un mouvement durable de défiance vis-à-vis du secteur associatif.

Motifs d'inquiétude
Mais les motifs d’inquiétude de manquent pas.
Car le recours plus fréquent aux campagnes de recrutement et de fidélisation qui font appel au télémarketing ou au street-fundraising génèrent des coûts croissants de collecte de fonds, et pourraient à terme irriter un nombre croissant de donateurs.
L’instauration de la règlementation européenne RGPD réduit les possibilités de campagnes de recrutement de nouveaux donateurs par voie de mailings.
       -> Voir 'RGPD et collecte de fonds: interprétations divergentes ?'

Les urgences humanitaires, désormais souvent liées à des conflits complexes et de longue durée, sont moins médiatisées et mobilisent plus difficilement la générosité de nos concitoyens.
La campagne de fin d'année de MSF s’intitule à raison:’Notre monde est-il devenu victime d’une grave épidémie d’indifférence ?

Pour plus d'infos concernant le 'Baromètre de la Générosité publique 2016-2017' édité à l'initiative du Fundraisers Forum,
veuillez contacter Hugues d'Ydewalle: info <at> fundraisers.be + 32 474 32 93 60

Blogs1b Actu

-Blogs2b Fundraising Belgium-
Blogs2b Fundraising worldwide
Blogs3b Covid 19
Blogs5b Legacy B-
Blogs6b Legacy W-
Blogs7b Next workshops

-

Prochainesformations2
Auditexpress2
Newsletter2