Wealth-X and UBS World Ultra Wealth Report 2013: les 'super-riches'
Une récente étude internationale publiée par la société Wealth-X, avec le concours de la banque UBS, indique que le monde n’a jamais compté autant de ‘super-riches’, c’est-à-dire de personnes dont le patrimoine s’élève à minimum 30 millions de dollars, soit 24,2 millions d’euro.

La Belgique comptait 810 super-riches en 2013, alors qu'au niveau global un total de 211.000 grandes fortunes détiennent ensemble 13% de la richesse mondiale.

Le patrimoine que l’étude internationale de Wealth-X a permis de cartographier comprend des entreprises privées, pour une valeur totale estimée à 13.000 milliards de dollars, et surtout des participations boursières pour un montant total deux fois supérieur.

L’augmentation de 7% sur un an du patrimoine des grandes fortunes est principalement liée à la remontée des actions sur les principaux marchés financiers.

La plupart des grandes fortunes se sont constituées récemment (66% 'self-made') plutôt qu'héritées (18%) ou mixtes (voir tableau ci-joint).

Une croissance significative du nombre de super-riches est observée dès à présent en Afrique (+ 8% en un an), et devrait à l'avenir s’accélérer en Asie.

 

 

 Wealth-X And Arton Capital Philanthropy Report 2014: l'engagement philanthropique

Un deuxième rapport de Wealth-X ('Wealth-X And Arton Capital Philanthropy Report 2014') apporte d’intéressantes précisions concernant l’engagement philanthropique des super-riches (confer tableau ci-dessous). L'intérêt majeur des philanthropes vis-à-vis de réalisations relevant de l'enseignement supérieur (29% de la valeur des dons) préfigure peut-être une tendance que la mise en place d'équipes de fundraisers au sein des universités belges vise à encourager.
Mais il se peut que les conclusions de l’étude reflètent davantage la sensibilité et les préoccupations des grandes fortunes issues de pays de tradition anglophone.

‘New money’ : de nouvelles fortunes bientôt au service de projets sociétaux ?
La revente par Marc Coucke de la société Omega Pharma a incité la presse néerlandophone a s’interroger sur l’évolution des fortunes récemment acquises sur base de la réussite professionnelle de divers entrepreneurs flamands.
Philippe Bodson, cité dans De Standaard (15 novembre) notait à ce propos que, principalement en Flandre, nombre de jeunes capitaines d’industrie ne se risquent pas à conserver l’entreprise performante qu’ils ont développée en peu d’années. Beaucoup estiment plus sûr de s’en séparer aux fins d’encaisser sans plus tarder une plus-value qui n’est actuellement soumise à aucun prélèvement fiscal. D'où le titre de l'article: 'De meerwaardekampioenen'.
L'article du Standaard cite, à titre d'exemple, nombre d'épisodes plus ou moins récents relatant diverses cessions d'entreprises familiales.

Ces entrepreneurs se dégagent ainsi de leur business initial bien avant l'age de la pension, et réinjectent souvent une partie des capitaux ainsi libérés dans de nouvelles start-ups.
D'aucuns estiment que ce vivier de fortunes récentes ('new money') compte des investisseurs disposés à participer le cas échéant au développement d'initiatives à finalité sociale, surtout si celles-ci apportent la preuve de leur impact social. On pense notamment aux réalisations qui s'inscrivent dans les démarches de type 'social entrepreneurship', 'social bonds' ou 'venture philanthropy'.
On notera cependant que ces nouveaux modèles d'investissement philanthropique sont souvent décrits et commentés dans le cadre de journées d'étude, alors que les applications concrètes se développent principalement dans divers pays anglo-saxons, et bien peu au niveau belge.

Source : Wealth-X
- Wealth-X and UBS World Ultra Wealth Report 2013
- Wealth-X and Arton Capital Philanthropy Report 2014
-
 De Standaard (15 novembre): 'De meerwaardekampioenen'

Autres articles d’actualité sous Rubrique 'Etudes & Sondages'.

Prochainesformations2
Auditexpress2
Newsletter2