La Génération Y regroupe les personnes nées entre le début des années '80 et le début des années 2000.
Nombre d'associations se réjouissent de pouvoir mobiliser la générosité de cette jeune tranche d'âge, grâce notamment aux campagnes de recrutement sur la voie publique (street fundraising) et à l'organisations de défis sportifs collectifs. Peut-on en conclure que la Génération Y se révèlera aussi généreuse que leurs ainés ?
Un récent article du quotidien De Morgen (17/10/2014), intitulé ‘Tijdperk van ikke ikke ikke’, aborde cette thématique en s’appuyant sur les conclusions de diverses études consacrées à ces jeunes adultes que certains qualifient de 'Me Me Me Generation'.

On y rappelle notamment les constats d’une enquête réalisée par InSites Consulting, qui note que 90% des jeunes aux alentours des vingt ans gèrent quotidiennement leur profil personnel sur Facebook, Instagram ou Twitter. Joeri Van den Bergh, spécialiste ‘Génération Y’ pour InSites Consulting, relève que beaucoup de jeunes consommateurs de médias sociaux utilisent ceux-ci dans le souci d’apparaître toujours ‘dans le coup’. Certains jeunes stresseraient à l'idée de sembler s'ennuyer. Ils sont fort attentifs à la qualité du feedback que les réseaux sociaux leur fournissent, par exemple en termes de likes ou de commentaires positifs.

Me me generation

L'article mentionne par ailleurs le dossier consacré par le magazine Time à la 'Me me me Generation', et notamment au renforcement d'une tendance narcissique au niveau des nouvelles générations d'étudiants.

Comment évaluer l’impact de ces nouveaux comportements sur le secteur des organisations de solidarité, et plus particulièrement sur la collecte de fonds ?
Sofie Vanlommel, qui signe l’article du Morgen, note diverses tendances qui peuvent paraître contradictoires, à moins qu’elles ne soient complémentaires.
Il se pourrait que l’intérêt de cette classe d'âge vis-à-vis de leurs concitoyens ne décline pas, comme en témoigne le succès d’émissions tel que Iedereen Beroemd ainsi que, dans un autre registre, de l’opération Ice Bucket Challenge.
Les conclusions d'une étude du professeur Jean Twenge (Generation Me, The Narcissism Epidemic) sont moins optimistes, puisqu’il est question d'une diminution de l’implication de la Génération Y en matière de participation politique ou associative, et en termes de dons.
Une moindre mobilisation en faveur de causes environnementales ou liées à l’écologie confirmerait également cette tendance.

SourceDe Morgen ('Tijdperk van ikke, ikke, ikke', 17/10/2014)

Sources utiles:

- Insites Consulting
- Wikipedia: Génération Y

Autres articles d'actualité sous Rubrique 'Etudes, sondages & statistiques'

Prochainesformations2
Auditexpress2
Newsletter2